Les quartiers les plus dangereux de l’Oise : un état des lieux

Creil et ses différents quartiers en difficulté

Le quartier des caves à Creil

Creil est l’une des villes phares de l’Oise, mais elle fait malheureusement aussi parler d’elle pour ses quartiers difficiles. Le secteur des caves est notamment pointée du doigt en raison de la présence de trafics illégaux et de violences urbaines. Pourtant, ce quartier bénéficie depuis 2014 d’un plan de rénovation urbaine destiné à améliorer son cadre de vie.

La quartier du plateau Rouher à Creil

Toujours à Creil, le plateau Rouher est également considéré comme l’une des zones sensibles du département. Ici aussi, les autorités ont engagé un plan de reconquête du territoire en coopération avec les habitants, afin de proposer des actions concrètes permettant de lutter contre la précarité et les problèmes sociaux.

Le quartier du moulin à Creil

Enfin, le quartier du Moulin est la troisième zone sensible de Creil, en proie aux mêmes difficultés que ses voisins. Des initiatives locales ont été lancées pour favoriser le vivre-ensemble et l’intégration des jeunes dans la vie active, mais de nombreux défis restent à relever.

Beauvais : entre dynamisme économique et zones d’ombre

Le quartier Argentine à Beauvais

Si Beauvais est une ville dynamique sur le plan économique, elle compte également plusieurs quartiers difficiles. Le secteur de l’Argentine fait régulièrement la une des médias locaux pour ses faits divers et incidents impliquant souvent la jeunesse. Néanmoins, quelques projets culturels et éducatifs ont vu le jour afin de mieux accompagner les habitants dans leur quotidien.

Le quartier Saint-Jean à Beauvais

Autre quartier sensible de Beauvais, Saint-Jean est confronté à différents problèmes sociaux tels que la précarité et le chômage chez les jeunes. Malgré cela, les riverains continuent de se mobiliser pour renforcer la cohésion sociale et améliorer la qualité de vie dans ce secteur.

Lire  Renouvellement de passeport au Consulat d'Haïti à Paris : guide complet

Méru et Montataire : deux autres zones sensibles de l’Oise

Le quartier de la Nacre à Méru

Dans la commune de Méru, le quartier de la Nacre est considéré comme un « quartier prioritaire » par les autorités, en raison de son taux de chômage élevé et de la présence de trafics illégaux. Des mesures ont été mises en place pour encourager l’insertion professionnelle des habitants et éviter la ghettoïsation du secteur.

Le quartier des Martinets à Montataire

Enfin, le quartier des Martinets à Montataire fait également partie des zones sensibles de l’Oise. Les problèmes de délinquance, d’insécurité et de logements insalubres sont au cœur des préoccupations locales, mais des dispositifs sont mis en œuvre pour tenter de redresser la situation sur le long terme.

Compiègne : un cas isolé dans cette ville historique

Le quartier du clos des roses à Compiègne

Au sein de la ville de Compiègne, le quartier du clos des roses se montre plus en difficulté que ses voisins. Cependant, malgré une situation fragile, les acteurs locaux (associations, structures publiques) cherchent à trouver des solutions durables pour lutter contre l’exclusion et l’isolement social des habitants.

Dans cet état des lieux des quartiers sensibles de l’Oise, il apparaît que des efforts sont continuellement réalisés pour améliorer la qualité de vie dans ces territoires en proie aux difficultés sociales et économiques. La collaboration entre acteurs locaux, publics et privés semble être un élément clé pour permettre un changement positif et durable sur ces territoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *